Partitions et matériel pédagogique pour le clavecin

Le clavecin est un instrument à clavier et est considéré comme un précurseur du piano (-forte). L’instrument a connu son apogée avec son mécanisme à cordes pincées pendant la Renaissance et le Baroque.

Le diapason de concert à cette époque, le "la", était de 415 Hz, soit environ un demi-ton de moins que le diapason actuel (440 Hz). Pour que le clavecin sonne "propre", il doit être accordé au moins une fois par jour en raison de sa sensibilité aux fluctuations de la chaleur et de l’humidité. Une procédure de réglage prend en moyenne environ 20 minutes.

A côté des nombreuses œuvres en solo (telles que sonates, suites, toccatas, variations et bien d’autres) de compositeurs tels que Sweelinck, Frescobaldi, J. S. Bach, son fils C. P. E. Bach, D. Scarlatti, Haendel, Soler et F. Couperin, le clavecin est considéré - en plus de l’orgue, du théorbe et du luth - dans la basse continue comme l’instrument central de tous les ensembles baroques.

Son jeu d’accords forme le pont harmonique entre les instruments de mélodie et les instruments de basse. Cette fonction de connexion comme instrument à clavier dans la basse continue est similaire en harmonie au clavier moderne ou à la guitare dans un groupe de rock, de pop ou de jazz.

Les nombreux ornements, tels que les trilles, le mordant, le gruppetto et les tremblements, sont une caractéristique typique des styles de jeu du clavecin dans la littérature baroque. Ils sont particulièrement importants à l’époque baroque française avec des compositeurs comme François Couperin et Rameau. Mais on trouve également de nombreux ornements de ce type dans le célèbre Clavier bien tempéré (1722) de J. S. Bach, par exemple.

Instrument typique des riches (bourgeoisie et dynasties royales), la fin définitive de l’instrument a été scellée au plus tard avec le soulèvement du peuple contre le régime pendant la Révolution française (1789 à 1799). De nombreux clavecins et clavicordes ont été jetés par les fenêtres sur les rues parisiennes et brûlés par la colère du peuple !

Avec la renaissance de la musique ancienne à partir des années 1970, de nouveaux clavecins ont été construits et joués. Des pionniers tels que Gustav Leonhardt, Ton Koopman, Nikolaus Harnoncourt ont contribué à la découverte et à l’établissement des anciennes techniques de jeu, mais de nombreux mélomanes ont également redécouvert la musique ancienne.

Aujourd’hui, on peut trouver dans le monde entier des répliques fidèles à l’original de fabricants flamands, français, italiens, autrichiens et allemands. Tous ont leurs propres caractéristiques de son. La connaissance de l’interprétation historiquement informée selon les coutumes de l’époque est une évidence pour la plupart des musiciens d’aujourd’hui, même lorsqu’ils jouent sur des instruments modernes tels que le piano.

Plus de liens vers les partitions et les écoles de clavecin :